Présente les rues d’aix.com ANCIENNES FAMILLES CELEBRITES LOCALES ANCIENNES AUBERGES CONOTATIONS THERMALES ANCIENS METIERS RAP/BATIMENTS RAPPORT RELIGION NOMS DIVERS ACCUEIL L’histoire de + 200 rues d’Aix en Provence NOUVEAUX QUARTIERS INDEX K/Z INDEX A/J Le DocteurJean-Philippe HENDRIKS nouvelle version enrichie LIENS LIENS DECI1811/1878 2 octobre 2021 Le jeu

bretons     buscaille     cardinale     mazarine     agard     albertas     d’arpille    baratanque   bon pasteur   lacépède     ganay     isolette     de jouques     littera     loubet     matheron     molle   saint-henri     saint-honoré     

NON !

La Rue des Bretons n'honore pas les habitants de la Bretagne !


Mais bien un paysan nommé Jean Geoffroy des BRETONS. Ce n’est donc pas la règle habituelle qui s’applique ici voulant que les Aixois prononcent au pluriel les rues portant un nom de famille.

En 1657, Jean Geoffroy des BRETONS fit construire la première maison de cette rue.

Ce modeste paysan n’aurait pas pu s’imaginer que sa rue porterait son nom encore aujourd’hui, plusieurs siècles après la construction de sa demeure ...

Réflexion d'odonymie :

Et si ROUX-ALPHERAN s'était trompé ? Peut-être que ce brave paysan bâtisseur s'appelait tout simplement Jean Geoffroy BRETON et que pour identifier cette petite rue les Aixois parlaient alors de la Rue « des BRETONS »

À voir :

A l’entrée de la rue, sur la droite et sur la façade nord de la Chapelle des Jésuites, la force du temps effaçant peu à peu le passé. Pour ceux qui ont l'œil averti on peut y lire encore cette fameuse interdiction : "This street off limits for American & Canadian soldiers". Elle fut peinte à la libération d’août 1944 afin d’interdire aux soldats l’accès aux maisons closes qui se trouvaient dans cette rue.




NO !

La Rue des Bretons does not honor the inhabitants of Brittany !


But a peasant named Jean Geoffroy des BRETONS. It is therefore not the usual rule that applies here that Aix residents pronounce in the plural streets with a surname.

In 1657, Jean Geoffroy des BRETONS built the first house on this street.

This modest peasant could not have imagined that his street would still bear his name today, several centuries after the construction of his home ...

Odonymy reflection :

What if ROUX-ALPHERAN was wrong? Perhaps this brave peasant builder was simply called Jean Geoffroy BRETON and that to identify this small street the Aixois then spoke of the Rue "des BRETONS".

To see :

At the entrance to the street, on the right and on the north facade of the Jesuit Chapel, the force of time is gradually erasing the past. For those who have a keen eye, we can still read the famous prohibition: "This street off limits for American & Canadian soldiers". It was painted in the liberation of August 1944 in order to prevent the soldiers from entering the brothels on this street.