Présente les rues d’aix.com ANCIENNES FAMILLES CELEBRITES LOCALES ANCIENNES AUBERGES CONOTATIONS THERMALES ANCIENS METIERS RAP/BATIMENTS RAPPORT RELIGION NOMS DIVERS ACCUEIL L’histoire de + 200 rues d’Aix en Provence NOUVEAUX QUARTIERS INDEX K/Z INDEX A/J Le DocteurJean-Philippe HENDRIKS nouvelle version enrichie LIENS LIENS DECI1811/1878 2 octobre 2021 Le jeu

boulegon    courteissade     louvière     papassaudi     riquier     suffren    bouteilles    bremondis   eyguesiers    épinaux    gondraux     magnans   naraubet    gaufredy

FAMILLE AIXOISE ‘LOVERIE’

NON !

Il n'y a pas eu de loup errant ou d'élevage de loups dans cette rue,
ni aucun symbole de la louve romaine sauvant Romulus et Remus !

Pour ROUX-ALPHERAN, le nom de cette rue devait « probablement » être celui d’une ancienne famille aujourd'hui disparue sans qu’il soit capable de le prouver. On pouvait en douter car au Moyen Âge, les familles LOUVIÈRE ne se rencontraient que dans le nord de la France.

À Aix, la famille LOUVIÈRE (en latin "Loverie") a pourtant bel et bien existé. Elle était constituée de modestes artisans exerçant la profession de tisseur.

De nombreux actes de mariage et de testament faisant référence à des membres de cette famille datent du XVe siècle.

Par exemple, Antoine LOUVIÈRE épouse Huga SELVI le 9 décembre 1449.

Il y avait même une enseigne d’auberge au nom de LOUVIÈRE dans cette rue prolongeant à l’époque la Rue ESQUICHO-COUDE et qui débouchait dans la Rue SAINT-LAZARE.

Réflexion d’odonymie :

Le problème du "la" : que ce soit sur les plans, plaques de rues, adresses, etc., l'on pouvait voir cohabiter des rues LOUVIÈRE avec des rues DE LA LOUVIÈRE. Dans le premier cas, le lien avec un nom de famille est évident. Par contre, dans le second, toutes les interprétations sont plausibles :

Le terme de "Louvière" (à Marseille par exemple) ou "Loubière" (comme à Toulon) indique un lieu où a vécu le loup.

On trouve aussi en occitan le mot "Lobere" qui désigne une femme qui vivait éloignée avec les loups et, par extension, une sorcière.




NO !

There was no wolf stray or wolf breeding in this street,

nor any symbol of the Roman wolf saving Romulus and Remus !

For ROUX-ALPHERAN, the name of this street was "probably" to be that of an old family who has now disappeared without being able to prove it. One could doubt it because in the Middle Ages, the LOUVIÈRE families only met in the north of France.

In Aix, the LOUVIÈRE family (in Latin "Loverie") nevertheless did exist. It was made up of modest craftsmen exercising the profession of weaver.

Numerous marriage certificates and testaments referring to members of this family date from the 15th century.

For example, Antoine LOUVIÈRE married Huga SELVI on December 9, 1449.

There was even an inn in the name of LOUVIÈRE in this street extending at the time the Rue ESQUICHO-COUDE and which ended in the Rue SAINT-LAZARE.

Odonymy reflection :

The problem with the "la": whether on the maps, street signs, addresses, etc., we could see LOUVIÈRE streets coexisting with DE LA LOUVIÈRE streets. In the first case, the link with a last name is obvious. On the other hand, in the second, all the interpretations are plausible:

The term "Louvière" (in Marseille for example) or "Loubière" (as in Toulon) indicates a place where the wolf lived.

We also find in Occitan the word "Lobere" which designates a woman who lived far away with the wolves and, by extension, a witch.