Présente les rues d’aix.com ANCIENNES FAMILLES CELEBRITES LOCALES ANCIENNES AUBERGES CONOTATIONS THERMALES ANCIENS METIERS RAP/BATIMENTS RAPPORT RELIGION NOMS DIVERS ACCUEIL L’histoire de + 200 rues d’Aix en Provence NOUVEAUX QUARTIERS INDEX K/Z INDEX A/J Le DocteurJean-Philippe HENDRIKS nouvelle version enrichie LIENS LIENS DECI1811/1878 2 octobre 2021 Le jeu ARCH BRIAND1+11JUIL1938

François ZOLA est né à Venise, en Italie, le 7 août 1796.

Il entre à l’école militaire et officie à 17 ans comme lieutenant dans les troupes du royaume d’Italie créées par NAPOLÉON.

À la chute du premier Empire en 1815, François ZOLA s’engage jusqu’en 1821 dans l’armée autrichienne, ce qui lui permet, en échange de ses services, de mener à terme des études d’ingénieur civil. Il devient un véritable pionnier dans la construction des chemins de fer en Autriche, puis sur le continent européen.

Après un court séjour dans la Légion étrangère française, il décide de s’installer en 1833 à Marseille, en tant qu’ingénieur de travaux publics, puis à Aix en 1843. De tous les projets que François ZOLA dessinera, un seul sera retenu : la construction du barrage qui porte encore son nom aujourd’hui. C'est le premier barrage à voûte d’Europe qui permettra d’alimenter en eau la ville d’Aix. De nos jours, il est devenu un barrage de rétention d’eau en cas d’orages pour éviter les inondations depuis la construction en 1952 du barrage de Bimont.

François ZOLA meurt à Marseille le 27 mars 1847, à l’âge de 50 ans, laissant derrière lui sa jeune femme et son fils Émile, âgé seulement de 7 ans, sans ressources financières suite à la malhonnêteté de ses associés. Il est inhumé au cimetière Saint-Pierre.

Émile ZOLA est né à Paris le 2 avril 1840 avant que sa famille ne s’installe à Aix en 1843.

Au collège Bourbon, actuellement collège Mignet, Émile ZOLA se lie d’une profonde amitié avec le peintre Paul CEZANNE qui durera pendant plus de 30 ans.

Après avoir échoué à deux reprises au baccalauréat et ne voulant pas être une charge pour sa mère veuve, il s’engage comme commis à la librairie Hachette à Paris en 1862. Vite remarqué, il commence à écrire et il collabore aux rubriques littéraires de plusieurs journaux. Il conçoit alors le projet des « Rougon-Macquart », fresque romanesque en vingt volumes dépeignant la société française sous le Second Empire et qu’il terminera en 1893.

De retour à Aix, Paul CEZANNE aurait mis un terme à leur relation en 1886 lorsqu’il se reconnaît sous les traits de Claude LANTIER, peintre raté et suicidaire, dans le livre d’Émile ZOLA intitulé « L’œuvre ».

En cette fin de siècle, Émile ZOLA s’engage dans l’affaire Dreyfus en publiant dans le journal l’Aurore de Georges CLÉMENCEAU le 13 janvier 1898 son célèbre « J’accuse » qui est une lettre ouverte adressée au président de la République. Cet article accélère le procès en révision du capitaine DREYFUS mais Émile ZOLA sera condamné pour diffamation, le conduisant à s’exiler pendant un an en Angleterre.

Émile ZOLA meurt à Paris le 29 septembre 1902, à l’âge de 62 ans. Les circonstances de son décès, par asphyxie due à un feu ouvert, restent mystérieuses et l’on a même évoqué un éventuel assassinat. Son cénotaphe se trouve au cimetière Montmartre à Paris et ses cendres seront transférées au Panthéon en 1908.





François ZOLA was born in Venice, Italy on August 7, 1796.

He entered military school and served at 17 as a lieutenant in the troops of the Kingdom of Italy created by NAPOLEON.

With the fall of the First Empire in 1815, François ZOLA enlisted in the Austrian army until 1821, which allowed him, in exchange for his services, to complete studies in civil engineering. He became a real pioneer in the construction of railways in Austria, then on the European continent.

After a short stay in the French Foreign Legion, he decided to settle in Marseille in 1833, as a public works engineer, then in Aix in 1843. Of all the projects that François ZOLA would draw, only one would be retained: the construction of the dam which still bears his name today. It is the first arch dam in Europe that will supply the city of Aix with water. Nowadays, it has become a water retention dam in the event of thunderstorms to prevent flooding since the construction in 1952 of the Bimont dam.

François ZOLA died in Marseille on March 27, 1847, at the age of 50, leaving behind his young wife and his son Émile, only 7 years old, without financial resources due to the dishonesty of his associates. He is buried in the Saint-Pierre cemetery.

Émile ZOLA was born in Paris on April 2, 1840 before his family moved to Aix in 1843.

At Bourbon College, currently Mignet College, Émile ZOLA formed a deep friendship with the painter Paul CEZANNE which lasted for more than 30 years.

After failing twice in the baccalaureate and not wanting to be a burden for his widowed mother, he enlisted as a clerk at the Hachette bookstore in Paris in 1862. Quickly noticed, he began to write and he collaborated on the literary sections of several newspapers. He then designed the "Rougon-Macquart" project, a twenty-volume romantic fresco depicting French society under the Second Empire and which he would complete in 1893.

Back in Aix, Paul CEZANNE reportedly ended their relationship in 1886 when he recognized himself as Claude LANTIER, a failed and suicidal painter, in Émile ZOLA's book "The Work".

At the end of the century, Émile ZOLA got involved in the Dreyfus affair by publishing in Georges CLÉMENCEAU's newspaper l'Aurore on January 13, 1898 his famous "Jaccuse" which is an open letter addressed to the President of the Republic. This article speeds up the review trial of Captain DREYFUS but Émile ZOLA will be convicted of defamation, leading him to go into exile for a year in England.

Émile ZOLA died in Paris on September 29, 1902, at the age of 62. The circumstances of his death, from asphyxiation from an open fire, remain mysterious and there has even been talk of a possible assassination. His cenotaph is in the Montmartre cemetery in Paris and his ashes will be transferred to the Pantheon in 1908.